Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>

Une chasse moderne

  • La chasse à l’arc remonte à la préhistoire en tant que chasse de subsistance.

  • En tant que chasse moderne, elle est actuellement pratiquée par plusieurs millions de chasseurs à travers le monde.

  • En France, la chasse à l’arc est réapparue dans les années 60 et elle est réglementée depuis 1995.

  • Aujourd’hui dans notre pays, plusieurs milliers de chasseurs chassent à l’arc et leur nombre augmente chaque année.

Chercher le contact avec le gibier...

... chasser à l’arc, c'est plus que changer d’arme

  • La faible portée utile de l’arc impose de revoir complètement sa façon de chasser.

  • La chasse à l’arc peut constituer un mode de chasse à part entière.

  • La chasse à l’arc est exigeante, c’est ce qui fait son attrait.

  • Il faut acquérir des connaissances et développer des compétences.

  • Il faut s’entraîner beaucoup au tir à l’arc, ce qui est agréable, et y consacrer un temps important tout au long de l’année.

… et avec la nature et soi-même

  • Chasser à l'arc, c'est entrer en contact étroit avec la nature et le gibier : une véritable émotion dont on atteint le sommet quand on réussit à être très près du gibier, sans l'effaroucher, pour pouvoir réaliser un tir efficace.

  • Pour le grand gibier, l’arc n’autorise qu’un seul tir, une seule flèche par gibier tué. Quelles que soient les conditions, « tirer près » est un critère essentiel du tir de chasse à l’arc.

  • Tirer près et à coup sûr procure une grande satisfaction et manifeste le respect du chasseur pour le gibier. Quand on a goûté au bonheur du « tirer à coup sûr », se retenir de tirer n'est pas frustrant ; le bonheur est alors d’être en accord avec soi-même.

  • La chasse à l’arc du petit gibier est de plus en plus pratiquée. Dans certains conditions, les archers peuvent s’autoriser des tirs en mouvement.

Une efficacité prouvée

  • Du lapin aux sangliers et cerfs, tous les types d’arcs (droit, recourbé et à mécanisme) ont largement prouvé leur efficacité.

  • La balistique d’une flèche de chasse (faible vitesse et faible portée utile) impose des conditions de tir très favorables : gibier arrêté et très près ou gibier marchant lentement et alors très, très près.

  • Les occasions de tir qui réunissent ces conditions sont rares mais très efficaces et sources de plaisir.

 

En individuel ou collectivement

  • La chasse à l’arc est un mode de chasse à tir ; elle en utilise toutes les techniques et exige les mêmes principes de sécurité.

  • Si la chasse à l’arc reste principalement une chasse individuelle d’approche et d’affût, elle se pratique aussi en poussée silencieuse voire en battue.

  • Pour la battue, dans toute traque il y a des postes plutôt adaptés pour les chasseurs au fusil, d’autres pour les carabiniers et d’autres encore pour les archers : il convient de bien choisir l’emplacement des archers en tenant compte des contraintes de leur armement : là également, le chasseur à l’arc ne doit « tirer qu’à coup sûr », et « au plus près », ce qui demande de la retenue…

Une chasse et des chasseurs complémentaires

  • Un atout des archers : l’arc permet de prélever des animaux (grands et petits) en surnombre dans des zones péri urbaines et sur certaines portions de territoires où l'usage d’armes à feu n'est pas envisageable. En créant ainsi une pression de chasse sur ces secteurs, la chasse à l’arc peut contribuer de façon significative à la gestion globale des territoires.

  • Si les archers s’intègrent très bien dans les équipes de chasse à tir à l’arme à feu, ils peuvent aussi se regrouper entre chasseurs à l’arc et gérer eux-mêmes un territoire.

Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus